Mouche australienne

Publié le par Louise

mouche-014.gifF - I ...fi, F - I...ni les barbecues à Kings park au mois de novembre. 
 
Samedi 18h, rendez-vous pour tous les intéressés dans un des parcs de Kings Park pour un petit barbecue. Fort d’une température frisant les 30 degrés, le tout agrémenté d’une jolie petite brise, humidex à zéro, on ne pouvait rêver de mieux. 
 
Je vous avais promis de vous parler du comportement des mouches australiennes et bien après la désastreuse soirée d’hier, je me dois de vous mettre en garde. 
 
Tout d’abord, les spécimens sont petits, on ne parle pas de ces grosses mouches au dos bleuté et qui recherchent les détritus de toutes sortes y compris les excré… leur festin favoris. Non, l’enquiquineuse mini-bestiole ailée nous adore nous les mammifères. Si bien, qu’elle nous accoste dans toutes les parties dénudées et plus particulièrement autour des narines quand ce n’est pas à l’intérieur, autour des yeux avec un faible pour les coins, la bouche bien entendu ainsi que les oreilles. J’y pense, ce sont sûrement des cousines des mouches africaines que l’on voit sur les visages des enfants dans les reportages télé.  Wouach ! 
 
Pour en ajouter à ces indésirables-désagréables « fly »  nous est arrivé des nuées d’éphémères. Vraiment on ne savait plus à quel saint se vouer !!!!

Comment survivre à ces envahisseurs, voyez les créations de nos amis.
P1050697.jpg
 
Alfonso et Julie
 
P1050698.jpg

Serena  
chapeau.jpg
Je me demandais à quoi pouvait servir ces bizarres de chapeau...maintenant j'en acheterais bien un.

Publié dans Histoire de découvrir

Commenter cet article

CHANTAL 11/11/2007 20:47

Et vive le Hidjâb !!! 

Sue 11/11/2007 18:57

On ne peut tout avoir tout de même !!!!!Ça prenait bien quelque chose de désagréable dans ce beau rêve australien!

Regine 11/11/2007 13:32

Bzzzzzzzzzzzz................... Quand elle est là, elle devient toutEt sa présence me rend fou.Eperdu, je cherche le silenceDisparu avec ma patience,Car elle bataille tout le temps, Ce qui m'agace tant et tant.Quand elle est là, je deviens fou Et sa présence occupe tout.Ses yeux malins suivent les miensTandis qu'elle vibre le même refrain, Devant, derrière, à droite, à gauche,Elle m'entraîne dans sa débauche.Quand elle est là, tout devient fou,Même son silence occupe tout.Elle vire, elle volte, elle est partout,Quand elle se tait, c'est pire que tout,Je cherche en vain à la trouverPour avec elle me dépraver.Quand elle est là, tout devient louche,Elle rend douteux tout ce qu'elle touche,Et je cours après mes babouches Pour l'écraser, putain de mouche !

Louise 11/11/2007 14:01

Est-ce de toi ce joli poème?  Les mots décrivent parfaitement l'atroce petite bête

cecilia 11/11/2007 13:00

Effectivement ce sont des "sales bestioles"!!!